accueil brèves articles liens écrivez-nous abonnement

C’est ça qui est ça !

« Mais il fallait absolument éviter les apitoiements, les analyses savantes sur ce qu’est une revue, les cris du coeur, le sérieux, les prises de tête, le sarcasme aussi. Mais alors qu’est-ce qu’il reste ? Pff… chais pas… l’ironie ? »

Cher Couac,

J’emprunte ce titre et cet extrait à nos camarades de feu la revue Conjonctures qui avaient ainsi mis un terme à leur aventure en 2011. Je trouve que ça avait de la classe. La mienne comme co-coordonnateur de ce journal prend fin avec ce numéro après 12 ans à ce poste et 2 de plus avant où j’avais fait mes gammes comme collaborateur.

Je te laisse donc, mon bel oiseau, avec ce premier numéro de ta 18e année, au seuil de ta majorité pour ainsi dire. Et je te souhaite bon vent dans ce monde de fou, rassuré par l’inépuisable bêtise humaine qui ne manquera pas de t’alimenter. Aux camarades qui t’habilleront de nouveaux oripeaux chaque mois, je dis également un gros « merde » (le Couac a toujours aimé les gros mots…) et vous remercie, les actuels comme les anciens, pour tout ce que vous m’avez apporté, tant sur le plan « politique », qui n’était pas ma formation de base, que sur le plan « humain » (où je me retrouve un peu plus, surtout avec les humains qui ont un cerveau).

Ah bien sûr, je ne serai jamais loin si tu as besoin de quelque chose. Et je te piquerai peut-être même une plume de temps en temps pour cracher mon venin et faire baisser ma pression. Mais je dois maintenant te laisser ton autonomie, histoire de retrouver aussi par le fait même un peu la mienne et aller « relever de nouveaux défis », comme y disent généralement dans les CV de crosseurs à cravates. Mais comme j’ai pas de cravate, je vais me contenter de nouveaux projets où le salaire se calcule en émulation mutuelle, en réseautage et en coups portés à ce vieux monde capitaliste qui n’en finit plus de cracher du sang et qui, on l’espère, va bientôt crever !

Émulation mutuelle, donc, avec L’UPop Montréal (www.upopmontreal.com ), formidable équipe de bénévoles que j’ai joint en janvier dernier et qui vous propose ci-haut, pour une 5e année, des cours gratuits stimulant l’esprit critique comme le fait ce canard, mais d’une autre façon, complémentaire. Réseautage ensuite, avec Rézomedia.info (www.rezomedia.info ), agrégateur d’actualités progressiste qui fait la part belle aux médias indépendants et aux commentaires incisifs du meilleur que je vois passer sur Facebook, mais sans les photos de chat… Une espèce de patente, si l’on veut, qui siphonne hors de l’empire Zuckerberg le meilleur de l’intelligence collective qui s’y trouve et vous l’offre en trois ou quatre petites bouchées quotidiennes. Fait que, si ça vous dit, glissez-en un mot à votre voisine et à votre beau-frère, et parlez-leur aussi de ma mailing liste hebdomadaire Rézo, accessible par Rezomedia.info. On commence à être une méchante gang sur cette liste alimentée surtout par les gens qui se cherchent à se loger au royaume de la spéculation immobilière, mais où je ne me gêne pas pour mettre toutes sortes d’annonces de manifs ou de conférences d’intérêt public. Comme le dit le slogan de Rézomédia.info : « Ils ont le pouvoir de l’argent. Mais on a le pouvoir du nombre, ne l’oublions jamais. »

Quant aux coups portés au vieux monde, ils se donnent souvent dans la rue où l’on se croisera sûrement prochainement. Mais ils doivent à plus long terme se porter dans les mentalités, et ça, c’est ben long à changer. C’est ce que m’a appris mon métier avec le site Le cerveau à tous les niveaux (www.lecerveau.mcgill.ca ) que j’ai lancé l’année où j’ai commencé à coordonner notre cher volatil. Et en ce sens, j’ai toujours aimé cette citation d’Henri Laborit que j’ai mis en exergue dans le site :

« Comment espérer qu’un jour l’Homme que nous portons tous en nous puisse se dégager de l’animal que nous portons également si jamais on ne lui dit comment fonctionne cette admirable mécanique que représente son système nerveux ? Comment espérer voir disparaître l’agressivité destructrice, la haine, la violence et la guerre ? N’est-il pas indispensable de lui montrer combien aux yeux de la science peuvent paraître mesquins et ridicules les sentiments qu’on lui a appris à considérer souvent comme les plus nobles sans lui dire que c’est seulement parce qu’ils sont les plus utiles à la conservation des groupes et des classes sociales, alors que l’imagination créatrice, propriété fondamentale et caractéristique de son cerveau, n’est le plus souvent, c’est le moins qu’on puisse dire, absolument pas exigée pour faire un honnête homme et un bon citoyen. »
- Henri Laborit (1914-1995), L’agressivité détournée, p. 8

C’est d’ailleurs aussi pour me libérer du temps pour un gros projet de film autour de Laborit que je quitte la coordination du Couac. Une journée n’ayant que 24 heures, faire des films par petits bouts au fil des ans comme ceux au www.brunodubuc.net est loin d’être évident, surtout pour un projet comme celui-là, avec site web et tout le tralala (restez à l’écoute par tous ces canaux si ça vous intéresse, ce sera lancé dans moins de deux mois…).

Bon, je pense que j’ai fait le tour. Salut mon emplumé, on s’est bien marré…

En solidarité, Bruno Dubuc alias Yvon D. Ranger



© Le Couac 2006
Téléphone / Abonnement: (514) 596-1017