accueil brèves articles liens écrivez-nous abonnement

Le mythe de la croissance

Une crise pire qu’en 1929 ?

On dirait que tout le monde est d’accord : vive la croissance ! La croissance économique ! La croissance démographique ! La croissance des productions agricoles ! La croissance des auditoires dans le monde du spectacle que, curieusement, on appelle la « culture » alors qu’il ne représente de la culture qu’un reflet souvent secondaire.

Pourtant, il devient évident que la croissance mène au désastre. La croissance économique entraîne les délocalisations, donc le chômage. Les politiciens ont beau jurer de lutter contre la pauvreté, le système capitaliste, mal contrôlé, vise la hausse des profits plus que des salaires des modestes travailleurs. C’est le règne de l’argent-roi. L’écart entre riches et pauvres, pour les pays comme pour les classes et les personnes, ne cesse de grandir.

Dans le magazine Le Nouvel Observateur du 19 décembre, l’ancien premier ministre de France Michel Rocard, dans un article intitulé « la crise mondiale est pour demain », écrit que « le nouveau système - tout pour les actionnaires, le moins possible pour les salariés - est devenu presque caricatural. » Il signale que « la dette américaine hors banques vient d’atteindre 39 000 milliards de dollars. Il est évident qu’elle ne sera jamais remboursée. » Pareille instabilité est plus grave que celle qui a provoqué le crash de 1929.

Je me souviens de 1929. J’avais six ans. Mon père, fonctionnaire à Ottawa, a subi une baisse de salaire. Mais le sort d’un oncle était beaucoup plus grave. Il était riche, mais il avait mis sa fortune dans des actions achetées sur marge, c’est-à-dire à crédit. Le lendemain du crash, il n’avait plus que d’énormes dettes. Tous ses biens y ont passé.

La croissance démographique ne sert guère l’intérêt commun. Elle répond bien sûr à certains besoins de main-d’oeuvre, mais avec les salaires les plus bas. Elle gonfle des masses populeuses misérables où règnent la violence et la corruption. De plus en plus, malgré les belles paroles, les pays riches pratiquent l’immigration sélective qui ne corrige pas la misère dans les pays pauvres ou les pays où l’écart entre riches et pauvres est le plus grand.

Beaucoup d’altermondialistes et d’anarchistes combattent le mythe de la croissance. Ils ont raison. Vive la stabilité et, dans beaucoup de cas, !a décroissance !

Pierre de Bellefeuille

février 2008

Bali et la nécessaire remise en cause de la croissance

Le gouvernement du Québec, présent à la rencontre de Bali, mise essentiellement sur des améliorations technologiques afin de réduire la production de GES, responsables de l’effet de serre. De plus, M. Charest y voit là une opportunité de croissance économique. Or les technologies ont des possibilités limitées et ne sont pas sans conséquences elles-mêmes sur l’environnement. Prenons par exemple les améliorations technologiques considérables apportées aux automobiles réduisant la pollution, lesquelles réductions ont été annulées par l’augmentation du nombre et de la taille des véhicules, sans compter l’accroissement des déplacements.

L’après Kyoto ne se fera donc pas sans changements radicaux de notre façon de vivre. Les réductions effectuées et prévues jusqu’à date ont été difficiles à atteindre et certains envisagent un autre effort de l’ordre de 30% voir 50 et même 80% à plus long terme. Par conséquent, il faudra de toute évidence, réduire la consommation en général, car celle-ci est en ligne directe avec la pollution, l’émission de GES et la dépense énergétique. Même si la décroissance répugne au monde des affaires et aux gouvernements, cette orientation est un passage obligé.

Afin de réduire la consommation, il faut mieux éduquer jeunes et vieux sur les conditions du bonheur. Actuellement, le monde de la publicité nous présente « le bonheur par la consommation », alors que souvent les personnes surendettés, stressées au maximum et dans la course folle à la surconsommation ne sont pas vraiment heureuses.

Une société de la décroissance passe aussi par la diminution de l’accumulation de richesse. Les millionnaires de ce monde nous entrainent dans une spirale du toujours plus posséder. Alors, il faudrait envisager des choses aussi radicales qu’un salaire et un patrimoine maximum

Parmi les autres changements radicaux il faudrait adopter la simplicité de vie. Par exemple apprendre à vivre selon nos besoins plutôt que selon nos moyens, investir dans le savoir, les relations humaines et la spiritualité plutôt que dans le matérialisme, redéfinir notre qualité de vie plutôt que de mesurer notre succès à notre quantité de biens, revoir les projets politique de la gauche et de la droite axé essentiellement sur le productivisme.

Les politiciens écartent souvent ces idées de décroissance du revers de la main prétextant qu’il y a encore trop de pauvreté. Or une meilleure répartition de la richesse, viendrait facilement à bout de la pauvreté au Québec.

Les objecteurs de croissance sont actuellement qualifiés de rêveurs. Mais dites-moi, lequel est le plus rêveur ; celui qui croit à une croissance infini dans un monde fini, ou celui qui dit que la terre a atteint ses limites de production et d’épuration ?

Pascal Grenier

Croissance : plus qu’une simple objection

Les actes de colloques sont généralement des écrits plats et peu avenants. Objecteur de croissance publié chez Écosociété fait exception à cette règle trop souvent imparable. Le collectif dirigé par Serge Mongeau et qui s’est réunis autour du thème « Sortir de l’impasse : la décroissance ? » le 26 mai 2007 à Montréal a donné l’occasion de mettre côte-à-côte des réflexions très diverses et souvent passionnantes.

Bien sûr, on souffre un peu de la répétition inévitable qu’amène les présentations orales, tout le monde se sentant obligé de présenter peu ou prou le sujet qui les rassemble alors qu’un texte précédent et un texte d’intro l’ont déjà fait en substance. Ce texte d’introduction est d’ailleurs un des grands atouts de l’ouvrage. Jean-Claude Besson-Girard, qu’on connaît trop peu au Québec, y signe un très bon résumé qui montre toute la force et la pertinence du concept de décroissance. Un tel texte devrait être largement distribué sur Internet.

On notera aussi les textes de Serges Mongeau, Anna Kruzynski et Marco Silvestro qui apportent des perspectives très concrètes de comment nous pourrions mettre en place l’idée de décroissance. Mongeau s’attaque à la santé, Kruzynski à l’organisation sociale et Silvestro à l’agriculture. Dans les trois cas, exemple et propositions foisonnent et l’on ressort nourri de cette réflexion. On pourrait, bien entendu, espérer qu’un jour une tentative théorique plus homogène et plus stable se dégage autour du mot « décroissance ». En attendant, cet ouvrage ouvre des horizons qu’on croyait depuis longtemps bouchés.

Serait-ce donc qu’il y a un mouvement ? À lire et entendre les réflexions que font ses jours-ci les Mongeau, Klein et Waridel, on peut sentir un certain virage. Une pensée d’un devenir commun semble revenir au premier plan. Loin de moi l’idée d’affirmer qu’elle avait été complètement oubliée, seulement, il semble que les options individuelles avaient pris tout l’espace. Les impératifs étaient de manger bio et local, de vivre simplement et de boycotter les grandes marques.

Il semblerait dans les derniers temps que nous pouvons à nouveau penser le monde ensemble. Objecteur de croissance, dont le titre est habilement choisi, présente néanmoins plus qu’une simple opposition. Il ouvre la porte à penser l’Autre du système où nous nous trouvons et à commencer à envisager sa construction. On ne demande évidemment pas de s’entendre sur le moyens de la construction (peut-être que là aussi la diversité des tactiques est une voie intéressante), mais parler à nouveau de bâtir ensemble un autre monde est certainement bienvenu et rafraîchissant.

Cependant, il faudrait peut-être ouvrir une réflexion sur la capacité du capitalisme à s’adapter au concept de décroissance. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’est en rien impossible de voir ce système se transformer pour imposer la décroissance comme une fatalité économique aux classes les plus défavorisées. Le « on a pas le choix » est central au discours néolibéral actuel, en quoi ne pourrait-on pas le voir se conformer aux exigences d’une décroissance « pour certains » ? Imposer la décroissance pour ceux qui n’ont jamais vraiment bénéficier de la « croissance », ce n’est en rien problématique. Ne portons pas la décroissance en idole, le comment décroître, sera la question centrale.

SIMON TREMBLAY-PEPIN

MONGEAU, Serge (dir.), Objecteurs de croissance, Pour sortir de l’impasse : la décroissance, Écosociété, Montréal, 2007, 139 p.



© Le Couac 2006
Téléphone / Abonnement: (514) 596-1017